Histoire : le 16e siècle / sommaire


Province maritime, la Bretagne attire toutes les convoitises. De tout temps, coups de main et pillages ont été nombreux sur les villes marchandes et sur les îles. Grâce à son port, l’un des plus importants de la Manche au 16e siècle, Morlaix est donc une ville prospère.

Dans le Haut-Léon, aux 16e et 17e siècles, la culture et l’exploitation du lin et du chanvre ont produit richesses et chefs d’œuvre.

Symboles de cette réussite : l’architecture et le mobilier :
- architecture religieuse : enclos paroissiaux de Saint-Thégonnec et La Martyre et calvaires... financés par de riches paroisses ;
- architecture domestique : château de Kerjean à Saint-Vougay ; manoir de Tronjoly à Cléder ; maisons à Pondalez (ponts d'allée qui permettent d'aller de l'escalier à vis à la partie arrière du logis) ou à lanternes (parce qu'éclairées par un lanterneau) comme celles situées entre la Grande Rue (surnommé naguère : la rue aux Nobles) et la rue du Mur... ;
- objets mobiliers : meubles en chêne noirci au brou de noix ou brut des marchands toiliers : coffres, lits-clos, bancs-coffres ou encore vaisseliers... ; pièces d'orfèvreries et tapisseries...

Les Anglais pillent la ville en 1522... Le traumatisme est si fort que, dès 1540, les bourgeois de la ville entreprennent la construction d'une forteresse sur l'îlot du Taureau qui verrouille la passe d'entrée. Elle deviendra rapidement l'emblème de la cité.