Sébastien Le Prestre de Vauban est né en mai 1633 à Saint-Léger-de-Foucherets dans l´Yonne. Issu de la petite noblesse bourguignonne, il est le plus connu des ingénieurs militaires français.

Tout le monde connaît le dicton :

« ville assiégée par Vauban, ville prise,
ville défendue par Vauban, ville imprenable »
.

Légende : Portrait de Vauban,
fin 17e siècle.



De 1653 à 1659, Vauban participe à quatorze sièges au cours desquels il est blessé plusieurs fois. C´est à l´âge de 22 ans, en 1655, qu´il reçoit son brevet d´ingénieur.
Nourri de l´expérience du feu, le jeune Vauban va réfléchir aux procédés de l´attaque des places. Il conçoit et codifie une méthode de siège des places fortes décomposée en une suite logique de douze phases. En bon ingénieur, Vauban va aussi améliorer les fortifications en préconisant l´adaptation du tracé bastionné au terrain et l´échelonnement de la défense en profondeur. Après les sièges de Tournai, de Douai et de Lille qui confirment sa notoriété de « preneur de villes », Louis XIV lui confie le soin d´édifier la citadelle de Lille.

À partir de 1668, Vauban exercera sa mission de commissaire général des Fortifications sur les frontières terrestres qui dépendent de Louvois, les frontières maritimes et les ports dépendant de Colbert demeureront encore dix ans sous la responsabilité de Clerville. Avec la guerre de Hollande en 1673, Vauban exhorte le Roi et Louvois à mettre en place « son pré carré », c´est-à-dire réduire le nombre de ses places pour ne conserver que les plus fortes. Le siège victorieux de Maastricht sera pour lui le moyen de mettre en pratique sa « méthode d´attaque des places et de conduite des sièges ».



Légende : Extrait du traité de l'attaque des places de Vauban.




Durant plus de vingt ans, Vauban, au service de Louis XIV, fortifie le royaume en se consacrant aux défenses côtières et terrestres (places du Nord et de l´Est). Nommé lieutenant général en 1688, il parcourt l´équivalent de 4 000 km par an, soit pour conduire des sièges (sièges de Luxembourg, de Mons et de Namur), soit pour réparer ou construire des fortifications (Besançon, Montdauphin, Neuf-Brisach...).

Vauban, c´est environ 130 places fortes remaniées et une trentaine construites ex nihilo.



Légende : La France de Vauban.



Ce n´est qu´à la mort de Colbert en 1683 que Vauban s´occupe de la défense de la Bretagne.
Il est aidé dans sa tâche par d´autres ingénieurs à la fois collaborateurs et « élèves » : Garangeau à Saint-Malo et sur la côte nord, du Couësnon à Morlaix, Mollart et Sainte-Colombe à Brest, Traverse et Robelin sur la côte sud côté Cornouaille.

Au cours de ses passages dans le Finistère, Vauban a entre autres visité : le château, les fortifications d´agglomération et l´arsenal de Brest, le goulet (grande batterie du Mengant, de Cornouaille, projet de batterie aux Capucins...), Camaret (la tour Vauban), Plougonvelin (fort de Bertheaume), les défenses et retranchements du Conquet et des Blancs Sablons..., le fort du Taureau (Plouézoc'h) la ville-close de Concarneau, l´Aber Wrac´h (fort Cézon et sa tour d´artillerie) et l´île d´Ouessant (projet de fort).

Louis XIV le fait maréchal de France le 14 janvier 1703 pour ses services rendus au royaume. Tout d´abord secret, quelques copies du manuscrit intitulé Traité de l´attaque des places circulent après sa mort. Le traité est finalement publié en 1737.
« Esprit curieux et universel, Vauban s´est intéressé à de nombreux sujets tels que la culture des forêts, l´art de bâtir, la vie paysanne ou encore la justice à l´égard des populations nouvellement intégrées au royaume. Il rassemble ses remarques et réflexions en plusieurs volumes intitulés Mes oisivetés ou ramas de plusieurs mémoires sur différents sujets [Nicolas Faucherre] ».

A l´occasion du tricentenaire de la mort de Vauban (1707-2007), une dizaine de municipalités se sont réunies à Besançon afin de jeter les bases d´une association regroupant les plus belles citadelles érigées par Sébastien Le Prestre, marquis de Vauban (1633-1707), commissaire des fortifications du roi Louis XIV et maréchal de France.

Leur but : s´unir afin que leurs sites obtiennent, globalement, une inscription au patrimoine mondial de l´Unesco : « Vauban l´universel, réseau des sites majeurs de Vauban ».