Un commandant pour le fort / sommaire


"Il serait à souhaiter que ce commandement pût être quelque vieil officier de Marine, fût-il manchot ou jambe de bois ; je dis un officier de Marine parce qu’il faut qu’il connaisse les vents, les marées et la manœuvre des vaisseaux et qu’il soit même capable de bien juger de leur qualité, de leurs routes et de leurs dessins et qu’il entende leurs signaux. Ce qu’il y a de service de terre à faire dans ce fort est si peu de choses... Mais comme ces petits forts sont autant de solitudes effroyables dont la mesure perpétuelle ne peut être qu’un des plus tristes séjours, il faut égailler ces commandements par des appointements un peu raisonnables, régulièrement payés, parce qu’ils seront, en quelque façon, obligés de nourrir les officiers de garde qu’on y mettra , et leur faire entendre, en les y mettant, qu’ils n’y sont que pour un temps au bout duquel on les en retirera pour les mettre mieux afin de les consoler par cet espoir".